Pas contente

Publié le par Audrey


danger.JPG

Le contexte était idéal. La vigilance minimale. Les enfants à la merci de n’importe quel passant. En pensant à ces milliers d’enfants livrés à eux-mêmes, après le séisme en Haïti, quelque chose me disait qu’ils étaient en grand danger, non pas à cause du séisme lui-même qui les a déjà tout pris, mais à cause de la bêtise et l’avidité malsaine des hommes sans scrupules.

 

Et puis, en voyant ces centaines d’adoptions facilitées par le contexte, j’ai eu comme un nœud au ventre. Ces enfants sont-ils réellement entre de bonnes mains ? A-t-on pris le temps et la peine de bien les sécuriser ?

 

Une nouvelle entendue sur RFI ce matin me glaçait le sang, et confirmait ma crainte. Deux américains en train de passer la frontière avec une trentaine d’enfants ! Pour les emmener où, pourquoi, pour qui, pour quel dessein ? Pour alimenter les réseaux d’adoption clandestine au but plus ou moins avouable ? Pour court-circuiter les démarches officielles, trop longues, trop ardues, trop chiantes ? Ou pire, pour alimenter les réseaux de prostitution enfantine qui condamnent définitivement ces enfants innocents à un avenir de peine, de malheur et de manque de dignité humaine ?

 

J’ai mal rien que d’y penser. Déjà privés de ceux qui leur sont les plus chers au monde, ils se retrouvent sans rien comprendre entre les mains de monstres aux dents longues et au cerveau rabougri par l’appât du gain. Rien de plus.  

 

Je me disais que si l’on devait appliquer la peine de morts, c’est pour ces gens-là, et tout de suite !

Publié dans Blablas

Commenter cet article