La fin des vacances

Publié le par Audrey


ste-marie.JPG

Et voilà déjà la fin des vacances. Sainte-Marie aura été une si belle et inoubliable parenthèse dans notre vie, à nous trois. Le bonheur de nous être retrouvés, que nous trois, pendant 192 heures non stop. On s’est gavés de câlins, de mots d’amour, de jeux, de rires, d’air pur. De la bonne bouffe aussi.

 

Pour Petibou, çà aura été les vacances des « premières fois ». Première fois en avion. Première fois en mer. Première fois en pirogue. Il s’est amusé comme un fou. Pour notre plus grand bonheur d’ailleurs.

 

On a aussi fait le plein de vitamines. Fruits à gogo. Légumes à gogo. Poissons à gogo. Et l’air marin nous aura fait un bien fou.

 

Puis nous avons rencontrés des gens formidables. Les saint-mariens sont des gens sympathiques et accueillants. Le sourire fait partie de leur vie. Nous les envions rien que pour çà.

 

Nous avons aussi promis à quelques personnes de nous revoir. Cà se fera ou ne se fera pas, mais les moments passés avec eux sont inoubliables. Leurs expériences, le récit de leur grande aventure nous auront fait briller des étoiles dans les yeux. Ils nous ont fait rêver, et surtout nous ont fait croire aux rêves. Oui, ils se réalisent. Il faut juste le vouloir. Beaucoup beaucoup beaucoup.

 

Sainte-Marie nous manque déjà :

 

- les gazouillis des oiseux au réveil

- le soleil, chaque matin, qui est la promesse d’une belle journée

- les farnientes

- les châteaux de sable à trois

- les baignades dans une mer chaude

- les petits déjeuners de fruits frais

- les traversées en pirogue

- Lili Blue

- les massages si divins qu’on n’a qu’une envie : rester allongé là des heuuuures !

- les fins d’après-midi où nous nous prélassons sur la terrasse à voir le soleil s’en aller et la mer revenir

- la gentillesse et le sourire des habitants qui vous rassurent que le Monde n’est pas si moche que çà

- apprendre à Petibou le nom des plantes et des bêtes

- le fait de bien manger sans s’être donnés du mal pour le préparer

- l’air pur qui vous donne le sentiment d’être si vivant

- et ces petits rien en vacances qui vous rendent si heureux

 

Ce qui nous manquera moins :

 

- la connexion (pas terrible)

- les moustiques (c’est fou comme çà pik, les moustik !)

- les séances « terreur » (on s’est retrouvés nez à nez avec un serpent, une fois, deux fois, trois fois !)

- la chaleur entre 11 et 14 heures : invivable !

 

Vous voyez la liste des bonnes choses et celle des moins bonnes ? Je ne peux que conclure ainsi « Oh oui, c’étaient de belles vacances ! ».

 

 

Publié dans Petites escapades

Commenter cet article