L’île des rêves aboutis …

Publié le par Audrey


Ile-aux-Nattes.jpg

La plage de l'Ile aux Nattes est la plus belle de toute l'Ile Sainte Marie 



Plein de couples occidentaux, notamment français, sont venus s’établir sur l’Ile Sainte Marie. La plupart sont venus une fois pour les vacances (comme nous) et sont tombés amoureux de l’île (comme nous), si amoureux qu’ils n’avaient qu’une obsession, retourner et s’installer (comme nous) !

 

Pour tous ces gens, ou presque, s’installer sur une île paradisiaque, monter une petite affaire, profiter du soleil toute l’année, avoir une vie calme et tranquille, loin du métro boulot dodo parisien, ne pas avoir à courir tout le temps, se passer d’un patron, tout cela relevait d’un rêve, qui a pris vie un peu par hasard.

 

Ils ont alors senti que ce tournant de leur vie se fera à ce moment-là ou jamais. Ils ont pris tout leur courage à deux mains, et la passion et le rêve aidant, ont réalisé ce rêve qu’ils croyaient inaccessible.

 

Comme l’île vit essentiellement du tourisme, leurs activités tournent forcément autour de l’hôtellerie et de ses activités. 

 

J’admire plus que tout leur courage, car il en fallait du courage pour décider de vivre à l’autre bout du monde, quitter son environnement naturel pour s’installer dans un endroit inconnu, ne pas se contenter de monter une affaire mais la réussir à tout prix car tout y a été investi.

 

Le côté qui m’a le plus inquiété et que je demandais chaque fois c’est la scolarisation des enfants. Car il s’agissait pour la plupart de jeunes couples avec des enfants qui vont encore à l’école. Le consulat de France d’ici a en fait mis en place un système de scolarisation à l’endroit des expatriés vivant dans des zones où il n’existe pas d’établissements français. Les parents sont mis à contribution étroitement dans l'éducation des enfants, puisque qu'il n'y a pas d'instituteurs.

 

Mais au-delà du cliché, vivre dans une île aussi paradisiaque soit-elle n’est pas tous les jours rose. Et çà se corse à les entendre lors des périodes cycloniques pendant lesquelles on a tout simplement peur pour sa vie.

 

Malgré tout, ils sont bien décidés à continuer et vivent plutôt bien leur nouvelle vie. Ici, ils sont leurs propres patrons, ils mangent bien, vivent bien, ne courent pas après le temps ...

 

Un rêve éveillé, selon leurs propres mots ...
 

PS : Un petit coucou à Lili Blue, une petite fille si charmante et si attachante, dont les parents ont choisi de s’établir sur l’Ile.

Publié dans Petites escapades

Commenter cet article